Home sweet ?

Il y a trois situations qui arrivent quelques fois par année où je réfléchis à ma relation avec mon chez-moi actuel.

Le changement d’heure

Y’a toujours un moment dans les médias où ça dit genre « tout le Québec change d’heure ». Ou alors la variante qui montre un minimum de recherche « la Saskatchewan est le seul endroit au Canada où on change pas d’heure. » (et le Yukon maintenant.) Baon. C’est là qu’en 872 mots d’une réponse FB trop détaillée je vais présenter la Basse-Côte comme étant un non négligeable 400 km de la Côte-Nord du Québec qui ne change jamais d’heure. Le clavier rempli de chauvinisme, je présente ma région comme si tout le Québec se devait d’en connaître les moindres détails. Donc c’est pas vrai que tout le Québec change d’heure! Bon. Je sais que notre coin est pas connu, faque prenons toutes les opportunités pour rappeler qu’on existe! En v’la une!

« Elle est où ta maison ? »

Quand t’habites dans un village et que tu travailles à l’école locale, les élèves, ils savent très bien où tout le personnel vit. Ils savent aussi que ton skidoo a pas bougé depuis longtemps, que y’avait un char de plus dans la cour pendant quelques jours et que ton chum a pelleté avant-hier matin. Faque, quand je me fait demander « elle est où ta maison ? », j’ai toujours le p’tit sourcil perplexe. Après le réflexe de répondre l’habituel « 4 maisons en haut de l’école entre chez eux pis chez eux », j’allume. Ils parlent de maison comme dans « home ». Comment j’explique que j’ai le home ben flottant ? Que quand quelqu’un me demande si je vais à Baie-Comeau aux Fêtes ça me prend quelques secondes à allumer que c’est parce que je suis originaire de là, alors qu’aujourd’hui, Baie-Comeau pour moi c’est surtout 1-une succulente microbrasserie 2-une succulente boulangerie 3-la sortie du long détour par le Labrador.

C’est magnifique de constater le sentiment d’appartenance des gens envers leur milieu, c’est sûr que ça existe ailleurs aussi, mais c’est pas évident à faire comprendre que tu l’as pas vraiment. Que le home dépend juste de la place où t’habites en ce moment, point. Pas besoin d’avoir fait du vélo avec des petites roues dans ta rue pour que ce soit là, ton chez-toi. Autant je suis contente d’avoir eu le home flexible dans les dernières années, autant je trouve que ça a l’air quand même chouette d’être attaché à son coin.

Pour la première fois cet été, on a eu des amis en visite chez nous à Blanc-Sablon (c’était ça, le char de plus dans ma cour qui m’a valu des questions d’ados des semaines plus tard!), ça a comme concrétisé que c’était un vrai chez-nous! Pas juste une place pour dormir et manger quand on travaille. Recevoir des amis en visite, en plus de pas avoir envie de partir à la seconde où on tombe en congé pour plus que deux jours, ça ajoute au home, aussi temporaire soit-il!

À quelque part là-dedans, ma maison !

Faire connaître la Basse-Côte, un where are you from à la fois

Je suis toujours un peu gênée quand en vacances ou dans un autre village pour le travail, on me demande d’où je viens et que je réponds mon village actuel. Si je suis pas loin de mon home du moment, je vois très souvent les yeux de l’autre personne me scanner lentement en tentant de me trouver des traits qui me connecteraient à une famille du coin. Si je suis un peu plus loin mais que la personne a une idée d’où est mon village, il y a rapidement cet état mi-intrigué-mi-étonné-mi-wtf, comme si j’étais dans ma classe de 3e année pis qu’à la journée spéciale apporte ton animal de compagnie au lieu d’amener mon chien ou mon chat, je serais arrivée avec mon iguane. Ça suit la consigne, ça répond à la question, mais c’est quand même 2 coches à côté de ce qui était attendu. Mais comme je me tanne jamais de ramener le fait que la Côte-Nord va plus loin que Tadoussac, ça me fait toujours plaisir de faire mon CV régional pour expliquer les p’tites racines qui flottent sans vraiment s’enraciner solidement. Sauf qu’avec ça, vient toujours une p’tite gêne parce que je sais bien que peu importe la quantité de vêtements LNS Threads que je possède, je serai jamais une coaster. J’aime pas le hockey, pis je roule vraiment pas vite en skidoo, entre autres raisons.

Pis toi, sais-tu elle est où ta maison?

2 réflexions sur “Home sweet ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s