Gestion de vie quotidienne, ou l’art d’expliquer à un(e) téléphoniste ta réalité géographique

Si vous avez déjà déménagé, vous connaissez la routine d’appels pour les ô combien passionnants changements d’adresse et autres modifications de services. Pas besoin d’écrire là-dessus tsé…sauf quand ça donne lieu à quelques situations un peu cocasses…

*world -minus our new village- wide web*

Octobre 2017, on a quitté Rivière-au-Tonnerre depuis quelques jours et on s’en vient prochainement sur la Basse-Côte. Donc, en s’applaudissant de notre sens de l’organisation entre deux aquariums de sushis et des piscines de pintes de rousse (faut ben faire des réserves!), on décide d’appeler dès maintenant pour avoir Internet à la maison à notre arrivée.

-Allo, je voudrais faire installer Internet dans mon futur chez-nous. J’aimerais savoir quelles sont les options svp.

-Oui, bien sûr, il y a ça, pis ça, pis ça. Ça peut être fait à ce moment bla bla bla.

-Parfait, on veut ça fait pour notre arrivée. On s’en va à telle place.

(attente, jusqu’ici normale)

-Hon, en fait je vois que c’est impossible, il n’y a plus de place (PLUS. DE. PLACE.) sur le réseau à Saint-Augustin.

-Hein, quoi?! (panique technologie, quand tu nous tiens) C’est parce qu’on n’est pas prêt à vivre en 1982! Est-ce possible d’être sur une liste d’attente?

-Oui, mais on sait pas elle est longue comment.

(Euh.)

S’en est suivi un appel dans une autre l’autre compagnie qui dessert la région pour se faire dire aussi que le réseau était plein, mais qu’il y avait un satellite de plus qui devrait s’ajouter au début 2018, alors on pouvait être sur la liste d’attente là aussi.

Heureusement, une voisine nous loue son Internet! Fiou, nos études, travail et pertes de temps sur Facebook sont sauvés!

 

*Père Noël va avoir de la misère à nous trouver*

Conversation avec Chum Sans Passeport lors d’un des 12 changements d’adresse faits par Internet (asteure qu’on l’a, on s’en sert!):

-Ça demande l’adresse…

-Mets le casier postal, c’est ça qui est surtout utilisé ici!

(formulaire de changement d’adresse qui bogue)

-Ça marche pas, ils veulent une adresse.

-Ben mets 1 rue Principale d’abord.

Voilà, on habite au 1 rue Principale. Je trouve ça très chouette la rue Principale comme adresse, ça fait village x 1000. Et il y a vraiment une affiche de rue qui dit rue Principale devant chez nous, donc ce bout-là ne sortait pas de nulle part! Quelques semaines plus tard, on a appris qu’on avait une vraie adresse, pis que c’était 3 rue Principale. Ben coudonc. Donc mes trucs de travail disent 3 et le reste dit 1, pis ça semble pas déranger grand monde.

 

*Un texto à 660$ ?*

-Allo compagnie de cellulaire, j’aimerais faire arrêter nos cellulaires, car ils ne sont pas utiles où on habite, il n’y a pas de réseau.

-On a vérifié avec vous et il n’y a pas de signal assez fort?

(Comment je t’expliquerais ben ça madame, personne n’a besoin de vérifier avec nous, il y a juste pas de réseau dans touuuute la Basse-Côte, sauf dans la métropole (aka Lourdes-de-Blanc-Sablon) où en plein downtown par une météo joyeuse, on attrape le réseau de Terre-Neuve. Et quelques autres places vraiment random du genre l’église de l’île Providence par une météo parfaite.)

-On est dans un village non relié par la route et le signal le plus fort est à 300 kilomètres d’ici madame.

-Mais si vous allez plus proche de la ville?

(hein?!)

Comme nous avons savamment choisi de ne pas prendre l’avion (oui, 660$ pour aller à 150 km d’ici aller-retour, je viens de vérifier) pour envoyer des textos, les cellulaires sont finalement coupés. Après un an et demi dans un village de Minganie sans réseau, c’était le temps! Ceci dit, en Minganie on sortait assez souvent de notre village pour que ce soit se faire croire que c’était rentable de garder nos cellulaires.

 

*Faire comme les Romains*

Décembre 2017, full fière d’avoir enfin the machine qui prouve mon statut de Néo-Coasteuse. (Oui mon François, un skidoo, on peut mettre ça dans’cours, pas de issshhh, regarde devant mon cabanon!) Donc ladite chose maintenant en ma possession, j’appelle la SAAQ pour plaquer le bolide.

-Allo, je viens d’acheter une motoneige seconde main et j’aimerais la plaquer.

-Oui madame, donc il faudrait aller au bureau de la SAAQ avec l’ancien propriétaire.

-Euh, non! Y’a pas ça chez nous…Le plus proche est à environ 700 km dont 300 sans route. Pis de toute façon je ne pense pas qu’il était plaqué par l’ancien propriétaire (P.S. très fréquent ici, pas de quoi virer fou là)

-Alors il faudrait aller au poste de police pour…

-…Euh, non plus! Y’a pas ça non plus chez nous…Le plus proche est à environ 300 km dont 90 sans route.

-Ah beeeen ouiiinn, il n’y a pas vraiment de façon d’abord…

-Donc vous me conseillez de faire comme tout le monde ici et de juste pas le plaquer?

-Agizizzz (Encore salut François!)

Faque mon skidoo pas de plaque et moi avons passé un beau premier hiver. C’est l’intention qui compte qu’y disait.

 

*Dans le bout de…*

Small talk de rendez-vous téléphonique avec Monsieur Caisse :

-Vous êtes dans le coin de Sept-Îles vous il me semble?

– Euh non, ben environ 700 km plus à l’est de Sept-Îles. À St-Augustin.

-Ah oui, Saint-Augustin, ça me dit quelque chose…c’est dans le bout de….de….de…

(Duo sans passeport se retient de rire fort pendant que Monsieur Caisse espère ben gros qu’on finisse sa phrase, mais non.)

…de…ouais… j’suis déjà passé là me semble.

– Hum, non. Ce serait étonnant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s