Ma ruée vers le Nord (1 de 5) : Québec l’inconnu

Un couple sans passeport. Une Versa pleine à craquer. 5000 kilomètres. Dix jours. Cinq provinces et (une souris verte?) un territoire. J’avais envie d’écrire quelques textes concernant le trajet Québec-Hay River, mais ça se résumerait ainsi : rooooouuuuuuuttttteeee-bouffe-dodo. J’avais envie d’écrire un texte sur les endroits visités, mais ça se résumerait ainsi : pas vraiment eu le temps de visiter mais envie de revenir en vacances ici. Voici donc un bref aperçu de chacune des provinces où nous avons dévoré les kilomètres entre le 22 et le 31 octobre dernier.

Expérience précédente dans cette province
Plusieurs kilomètres parcourus, mais surtout vers l’Est à tendance Nord ou Sud. L’Abitibi était une première pour nous deux. En fait, tout était nouveau dépassé Mont Tremblant.

Noms de lieux à retenir et pourquoi
La Conception : 1 parce que c’est un nom drôle et 2 parce que c’est le premier village d’une route sur laquelle on n’avait jamais roulé.

Le restaurant Windsor à Val d’Or : parce que du tartare et du gravlax, c’est bon. Et de la bière régionale aussi!

Le coin du pêcheur, bar de danseuses à Mont-Laurier : Ai-je vraiment besoin d’ajouter quelque chose?

Rapide-Danseur : pour le dilemme mental à savoir si c’était un village où quelqu’un danse vite ou un village où le rapide danse. Réflexion toponymique profonde, quand tu nous tiens!

Le village minier de Bourlamaque à Val d’Or, dont l’histoire est intimement liée
à celle de la mine qui l’a fait vivre pendant une bonne partie du XXe siècle.
Musique/Radio d’accompagnement pour la route 
Radio-Canada Québec le plus longtemps possible au départ
Richard Desjardins : seulement 2 chansons sur mon IPod, mais les 2 ont joué dès l’entrée dans sa région!
Je me rappelle avoir trouvé une radio bien sympathique et un peu cocasse en Abitibi, mais je ne me souviens plus laquelle…écoutez les radios communautaires sur la route, ça vaut toujours le coup!
 
En se trompant de direction, nous sommes arrivés sur ce « cimetière » de rues et d’adresses qui n’existent plus en raison du projet de la mine Osisko, qui revitalisera sans doute l’économie de Malartic et des environs, tout en laissant un immense trou pour de nombreux citoyens.
En prévision du voyage de retour
Probablement que nous passerons par un chemin plus « classique », étant donné notre envie limité de refaire le nord de l’Ontario. De toute façon, l’Abitibi se place assurément en haut de la liste de nos prochaines vacances où on aura le temps de la visiter comme il se doit.
On the roadement vôtre,
Sarah sans passeport
Publicités

2 réflexions sur “Ma ruée vers le Nord (1 de 5) : Québec l’inconnu

  1. Yeah! Contente que tu aies aimé l'Abitibi, nous on est prêts à t'accueillir encore et à te faire découvrir, avec un peu plus de temps devant nous, les beautés de ma région! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s