Nostalgie du tourisme régional

Le 15 mai 2006, je terminais officiellement ma technique en journalisme et au même moment le plus beau voyage de ma courte vie de touriste sans passeport. C’était il y a exactement cinq ans que je quittais le charmant village de Tête-à-la-Baleine, sur la Basse-Côte-Nord, avec la ferme intention d’y retourner dès que possible. Ce que j’ai fait 13 mois plus tard. Ce que malheureusement je n’ai pas refait depuis juin 2007. Évidemment, j’y étais d’abord en tant que stagiaire à la radio communautaire du village, mais pourquoi j’écris à ce sujet aujourd’hui est plus du point de vue du tourisme dans ma propre région.



Avant de décider de me rendre sur la Basse-Côte-Nord comme stagiaire (expérience que j’ai racontée ici), je n’avais jamais entendu le nom du village où je m’en allais. Je savais qu’après Natashquan, la route s’arrêtait et je connaissais quelques villages comme Blanc-Sablon, puisque c’est l’extrême est du Québec et Harrington Harbour, car c’est là qu’a été tourné le film La Grande Séduction. C’est en attendant mon avion à Chevery que j’ai eu mon baptême de motoneige (grâce à un gentil passant qui nous a fait un lift jusqu’au restaurant!). Bolide que j’ai réessayé pour faire le trajet aéroport-maison en arrivant au village, puisqu’en hiver, les routes ne sont pas déneigées, donc la motoneige devient le moyen de transport principal. 

Pour donner une idée des distances, qui sont perçues très différemment selon notre lieu de résidence, sachez que de Baie-Comeau à Natashquan, il y a environ 600 kilomètres. C’est après Natashquan que la route s’arrête, pour reprendre à Vieux Fort, environ 60 kilomètres avant Blanc-Sablon. Même s’il n’y a pas de route (sauf la route blanche, qui relie le reste du monde à la Basse-Côte en hiver), on trouve une quinzaine de villages où vivent environ 6000 personnes anglophones, francophones et innues. Tête-à-la-Baleine se trouve à environ 250 km à l’est de Natashquan, donc on peut comparer la distance Baie-Comeau-Tête-à-la-Baleine à la distance Québec-Toronto, à quelques kilomètres près. Pourtant, je n’étais pas sortie de ma région natale!

Depuis que je côtoie régulièrement des touristes en quête de culture québécoise, je « plogue » souvent la Basse-Côte-Nord. Je sais bien que la famille de Français qui a deux semaines entre les Chutes Niagara et le Rocher Percé en passant par les baleines à Tadoussac et le Fjord du Saguenay ne changera pas ses plans. Par contre, le message se passe : allez voir de l’autre côté de la route! Vous allez être plus que gâtés en paysages et expériences culturelles! Les plus aventuriers, qui ont le temps nécessaire, pourront le faire en kayak de mer ou en motoneige et les plus pressés en avion. Personnellement, je vous conseille fortement une belle semaine sur le Relais Nordik si vous avez envie de voir du pays, mais que vous n’avez pas beaucoup de temps! J’ai eu la chance de faire le trajet entre Tête-à-la-Baleine et Blanc-Sablon pendant une fin de semaine de mon stage, où j’ai entre autres vu rapidement le village de la Tabatière et observé le sublime paysage des îles près de Saint-Augustin. Lors de ma virée express en juin 2007, j’ai fait le trajet sur le Saint-Laurent au départ de Havre-St-Pierre et en débarquant au retour à Natashquan. Ce qui est intéressant avec cette croisière sur le bateau qui ravitaille les villages isolés, c’est qu’en faisant le trajet complet qui dure une semaine, on voit tous les villages au moins une fois sous le soleil. Comme le bateau doit décharger et charger du matériel à chaque endroit, les touristes ont toujours environ deux heures pour aller se promener et peuvent même acheter des visites offertes par les associations touristiques de certains villages. La plupart des ports se trouvent à distance de marche du village, mais certaines personnes prennent le bateau avec leur vélo, pour en voir encore plus.

Si vous avez envie d’en savoir plus, visitez le site de Tourisme Basse-Côte-Nord, mais sachez que c’est un voyage qui doit se prévoir longtemps d’avance si vous y allez en bateau. Personnellement, j’espère encore avoir l’occasion d’y retourner, soit en hiver ou lors d’un long voyage qui m’amènerait en bateau jusqu’au bout du Québec pour ensuite continuer mon chemin vers Terre-Neuve. Mes trois coups de coeur/suggestions pour la Basse-Côte-Nord sont les îles près de Saint-Augustin, le village de Harrington Harbour et l’île Providence près de Tête-à-la-Baleine. Hormis cela, je pourrais y ajouter le trajet, simplement, qu’il soit dans les airs ou sur l’eau. Parce que des fois, on n’a pas besoin de sortir de sa région pour être dépaysé et charmé.
Parce que c’est aussi ça, le Québec.

Nostalgiquement vôtre,
Sarah sans passeport 

*Peu de temps après avoir publié ce texte, j’ai trouvé sur Cyberpresse deux articles récents concernant le tourisme sur la Basse-Côte-Nord. Alors il y en a un ici et un .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s