« On est mardi, c’est pas une journée pour aller acheter des échalotes »

Ça fait un peu plus de deux ans que sur une semi-bulle, j’ai quitté la grand’ville pour plus longtemps qu’un trip de quelques semaines ou mois. Deux villages de pas beaucoup de centaines de personnes plus tard, je m’arrête parfois pour répéter dans ma tête ce que je viens de dire et je trouve ces phrases très drôles. Ce ne sont pas des expressions de villages, juste des petites phrases de la vie quotidienne que je ne disais pas quand j’habitais dans le downtown Québec, ni au Saguenay, ni à Baie-Comeau d’ailleurs.

La nourriture, source infinie de « ?!?!?wtf?!! » de nouvelle villageoise qui s’entend parler

« Faut que j’aille au magasin là, sinon on n’aura pas de légumes décents de la semaine. »  « Hey, c’est presque pas passé date ça, on le prend. »
« On fera pas l’épicerie vendredi, le bateau est solidement en retard. »
« C’est pas pratique de ne plus avoir de vue sur la Main, on sait pas si la bouffe est arrivée. »
« Waaaaaaoooowww! » (mon exclamation dans les épiceries de ville, maintenant, légèrement émue devant toutes ces framboises-pas-de-mousse et ces minis bok choy.)

Facebook et ma faim

« Du tofu ! Il y a du tofu! » – moi, 8 secondes avant de prendre ledit tofu en photo dans le magasin et crier ma découverte sur Facebook dès mon retour à la maison. (Mon énervement quand j’ai vu des fraises de l’île d’Orléans sur la Basse-Côte était similaire, la photo sur Facebook en moins.)

« Bon, je vais regarder sur Facebook voir si les produits frais sont arrivés. »

Sur Québec Air, Transworld, Nord-East, Eastern, Western

« Je vois l’avion atterrir live là, alors viens me chercher à l’aéroport (chez nous) dans 20 minutes max je serai arrivée. » – Moi, à Chum Sans Passeport, alors que je suis à l’aéroport 2 villages plus loin. C’est rare que même pas encore embarquée dans l’avion j’ai pu dire que dans 20 minutes je serais débarquée à destination. C’est aussi rare d’être dans l’aéroport et de voir son avion atterrir à quelques mètres de la fenêtre. C’est probablement aussi rarissime d’aller travailler en avion…à 100 km de la maison!

aviondansmalle

Faque, la madame avec les p’tits sacs de bretzels pis le seul jus de pomme de la Terre avec autant de glaces elle passe où dans tout ce courrier ?!?

« Un avion! » – Moi, à un petit groupe d’enfants qui me regarde en se demandant pourquoi je ressens le besoin de dire qu’un avion passe dans le ciel à ce moment…comme à la même heure tous les jours de la semaine. C’est sûr, je dis rarement « ah, un autobus! » quand je vois le transport en commun passer proche…! (NB les autobus de transport en commun se font plutôt rares dans mon champ de vision ces deux dernières années!)

« Salut, j’imagine que tu es Madame X », moi, 3 secondes et quart après être entrée dans l’avion, à une fille que je n’avais jamais vue et qui allait au même village que moi pour donner un atelier à l’école. Spotter les étrangers avec aisance, ça s’apprend vite! (Bon, je savais qu’elle serait à bord, et il y avait comme 5 personnes dans l’avion, mais quand même, ça l’a un peu surpris, avec raison.)

Autres conversations cocasses

« Me semble que j’ai jamais joué à ça dans la cour de récré….. ça fait combien d’années que je sais ce que ça veut dire ça au juste? Pas beaucoup. Hum…» – Moi avec moi-même, dans ma tête, quand je regardais les enfants jouer à lever des cages dans le module de jeu de la cour d’école.

« Ok. Thank you…!! »  – moi à la madame du resto qui appelle chez nous pour dire que notre commande pour emporter est prête.

« [conversation des plus absurdes pour expliquer que Chum Sans Passeport est toujours dans le village, et avec moi, même s’il a quitté son emploi pour se concentrer sur son retour aux études] » à la mairesse qui m’a appelée pour me demander si c’est vrai que mon chum est parti (comme dans au revoir pour toujours là), parce qu’elle a entendu dire ça (par des gens qui ne me côtoyaient évidemment pas). Mais hey, être le sujet d’un potin, qu’est-ce que tu veux de plus comme preuve d’inclusion dans ton nouveau chez vous tsé? En tout cas, Régis ne s’est jamais inquiété de mon couple pendant mes 10 ans à Québec.

Je cherche une fin à ce texte et j’en trouve pas. Faut croire que j’ai pas fini de rire intérieurement à m’entendre dire des répliques de néovillageoise!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s